Inconscient découverte

Cette recherche est essentiellecmcent orientée, vers l’histoire de  la découverte de l’inconscient parmi les chercheurs qui ont eu l’intuition, qu’il renfermait  de nombreuses ressources, des pouvoirs cachés, et que la conscience n’était que l’île au milieu de l’océan. Ce qui inclue ceux qui ont étudié le spiritisme( Charles Richet), les phénomènes occultes , la dissociation comme Pierre Janet, et les personnalités multiples.

Cette liste n’est pas exhaustive.

C’est dans cette voie que se situe Henri F. Ellenberger, lorsqu’il écrit page 427 dans son livre : « Histoire de la découverte de l’inconscient » :

« L’inconscient est aussi cette redoutable puissance mystificatrice qui enfanta les épidémies de démonomanie, la psychose collective des

sorcières, les crises de la grande hystérie, les révélations des spirites, les personnalités alternantes, les prétendues réincarnations des médiums, les élucubrations de l’écriture

automatique, les mirages qui leurrèrent des générations de magnétiseurs et d’hypnotiseurs,et l’innombrable diversité des romans de l’imagination subliminale».

 

En 1775 Franz- Anton  Mesmer est amené à donner son avis à l’Académie des Sciences de Munich, sur les exorcismes du père   Johann Joseph ,  il va proposer une explication nouvelle a l’action thérapeutique de l’exorcisme qui serait du  au magnétisme animal. L’exorcisme encore pratiqué de nos jours, avait pour la première fois comme explication l’influence de courants magnétiques induits dans le corps par un fluide universel.

Armand Marie Jacques de Chastenet, marquis de Puységur : Mesmer eut un disciple influent, Armand Marie Jacques de Chastenet marquis de Puységur, qui  découvrit lors d’une séance de magnétisme la possibilité d’induire un état modifié de conscience qu’il nomma le somnambulisme. L’un de ses cas le plus célèbre est Victor, un campagnard illettré qui parlait  lors des  séances  un français impeccable .

Bertrand Meheust dans son livre  « Somnambulisme et médiumnité. »  écrit :

« On peut considérer Puységur comme le père fondateur de toutes les recherches dont je traite dans mon livre, et de toutes les recherches sur l’inconscient, ce qui montre qu’à l’époque ces domaines n’étaient pas séparés comme ils le sont aujourd’hui. »

Véritable phénomène de société, le magnétisme animal a fait l’objet de nombreuses polémiques, notamment en France, avec la Faculté de Médecine,   qui a condamné cette pratique pour les médecins dès 1784.

 

Parmi les magnétiseurs différents courants s’affirment,, et plus particulièrement les imaginationnistes, qui  ne croient pas à l’influence d’un fluide magnétique, mais  à l’influence déterminante de l’imagination du sujet.

 

l’abbé Faria 1813

Ce courant est représenté par l’abbé Faria 1813. Il  a l’ intuition que le somnambulisme ne fait que libérer les pouvoirs cachés de l’âme qui s’expriment par  les rêves. Le magnétiseur ne fait qu’aider son patient à accéder à ses ressources  intérieures.

Son livre sur le magnétisme animal: « De la cause du sommeil lucide » publié peu avant sa mort, commence par une épître à  Armand Marie Jacques de Chastenet de Puységur, lui rendant hommage pour son travail de pionnier.

Ambroise-Auguste Liébeault le chef de file de l’école de Nancy  publie: « Du sommeil et des états analogues- 1866 » dans ce livre on retrouve l’influence de l’abbé de Faria.

Hippolyte Bernheim fait ses études à l’université de Strasbourg, où il reçoit le diplôme de docteur en médecine en 1867. En 1882, il assiste aux travaux d’hypnose du docteur Ambroise-Auguste Liébeault, caractérisés par des suggestions autoritaires, et commence à les introduire dans son service à l’hôpital universitaire.

Avec Liébeault, Liégeois et Beaunis, Bernheim forme ce que l’on a appelé l’École de Nancy, ou École de la suggestion, par opposition à l’École de la Salpêtrière de Jean Martin Charcot.  Bernheim  publie en 1884 : « De la suggestion dans l’état hypnotique et dans l’état de veille », dans ce livre il rend hommage à l’abbé Faria:

« A de Faria appartient incontestablement le mérite d’avoir le premier établi la doctrine de la méthode de l’hypnose par la suggestion et de l’avoir nettement dégagée des pratiques singulières et inutiles qui cachaient la vérité »

Bernheim définit l’hypnose comme un simple sommeil produit par la suggestion  susceptible d’applications thérapeutiques, la suggestion est l’influence provoquée par une idée suggérée et acceptée par le cerveau. En cela, il s’oppose à la définition de Charcot, qui voit en l’hypnose un état pathologique propre aux hystériques.


En 1882 le neurologue français Charcot réalise un véritable exploit faire reconnaitre l’hypnotisme par l’académie des sciences.

En 1889 se tient à Paris, le 1er Congrès International de l’Hypnotisme expérimental et thérapeutique, avec la participation des plus grands noms de l’époque, Liébault, Bernheim, Charcot, Janet (le père de la Psychologie clinique), Richet, Freud, Babinski, William James (père de la Psychologie américaine), etc.

(1859-1947) :  Pierre Janet va soutenir sa thèse sur :  » l’automatisme psychologie  » qui va  contenir  la démonstration de l’existence d’un inconscient psychologique, ainsi que l’évocation de la guérison de l’hystérie par l’évocation des événements traumatiques inconscients. Les idées fixes subconscientes l’équivalant des futurs complexes jungiens,  vont amener  une notion fondamentale,  la dissociation conscient inconscient .

En  1885 Frederic Myers , Edmund Gurney, Henry Sidgwick, et Stainton Moses fondent en Angleterre la Society for Psychical Research SPR, dont le but est d’étudier de façon scientifique les médiums spirites , les  phénomènes occultes, l’hypnose.

Freud, Jung,  William James  en seront membres.

Dans son livre : « la personnalité humaine » parut deux ans après sa mort .  Myers postule :

«qu’ il existe une conscience plus vaste, des facultés plus profondes, dont la plupart restent virtuelles en ce qui concerne la vie terrestre, dont la conscience et les facultés de la vie terrestre ne se sont dégagées qu’à la suite d’une sélection et qui s’affirment de nouveau dans toute leur plénitude après la mort».

La notion de fonction mythopoïétique de l’inconscient, fut développée par Frederick Myers et Théodore Flournoy à la fin du XIXème siècle. La fonction de l’inconscient  est de créer en permanence des romans et des mythes, il possède ainsi une puissance mystificatrice.

L’inconscient serait la source des idées, de toutes les créations. Il élabora le concept de »Moi subliminal » ou instance inconsciente mais active, capable de faire irruption dans la conscience dans des conditions particulières que nous appellerions aujourd’hui  » états de conscience non ordinaires ».

Le moi subliminal de Myers préfigurait l’inconscient collectif de Jung.

Théodore Flournoy est né le 13 août 1854 à Genève. Il fut un médecin psychologue suisse, connu pour ses travaux sur le spiritisme et les pouvoirs parapsychiques,  il est très influencé part  Frédérique Myers .

Il rencontre en 1894 la médium Catherine Élise Müller, qu’il rebaptisa : « Hélène Smith ». Il reprend à F. W. H. Myers l’idée de conscience subliminale pour expliquer les états créatifs d’Hélène Smith.

Théodore Flournoy publie ses recherches en 1900, dans : »Des Indes à la planète Mars ». Il est surtout intéressé  par les symptômes en marge du normal, de l’insolite, tels que le somnambulisme, les extases, la télépathie, l’occultisme, l’hypnose.

Charles Richet (1850-1935), Prix Nobel de médecine pour ses travaux sur le choc anaphylactique. Il  propose le terme de métapsychique pour la première fois en 1905, dans une allocution à  la   S.P.R. (Society for psychical research) de Londres pour désigner;

« l’étude des propriétés de l’esprit sortant du champ d’observation restreint de la psychophysiologie encore universellement admise et enseignée »

Ch. Richet se propose – négligeant les théories – d’établir des faits : – Ces faits existent, affirme- t- Il , ils sont nombreux authentiques, éclatants. » De tout temps, « les hommes ont constaté que des faits singuliers, irréguliers, imprévisibles, se mêlent aux événements ordinaires de l’existence quotidienne. Ils les ont expliqués par l’intervention de dieux ou de démons puissants, ou de forces surnaturelles ».,

« Il importe maintenant de définir la métapsychique. Ce qui caractérise le fait métapsychique, quel qu’il soit, c’est qu’il semble dû à une intelligence inconnue (humaine ou non humaine. »

Il consacra une grande partie de sa vie à l’étude des phénomènes métapsychiques (étude des témoignages et expérimentations), sans perdre son temps dans les théories, si ce n’est pour combattre les interprétations surnaturelles de ces phénomènes inhabituels. Il sera membre co-fondateur de l’Institut Métapsychique International (IMI) de Paris, reconnu d’utilité publique depuis 1919.

William James est souvent présenté comme le fondateur de la psychologie en Amérique,  très influencé aussi par Frédéric Myers  et son moi sublimal, il est l’ami de Théodore Flournoy . Aux USA, il est le fer de lance de l’empirisme radical et du pragmatisme. Après des études de médecine en Allemagne, il revient comme instructeur d’anatomie à Harvard. Il deviendra professeur de philosophie. Fondateur du premier laboratoire de psychologie expérimentale aux USA, disciple de WUNDT, il reconnait rapidement que la métaphysique infiltre toute problématique de psychologie. Par métaphysique on entend l’étude des questions fondamentales telle la question concernant le rapport entre le corps et l’esprit, l’immortalité de l’âme, l’existence de Dieu, les raisons de l’existence du Mal ou le sens de la vie.

Jacques-Joseph Moreau (de Tours) pour lui  le délire en tant que modèle de la maladie mentale est identique au rêve, car il est comme celui-ci secondaire à une désorganisation de l’être psychique qu’il appelait l’état primordial du délire.

Étienne Eugène Azam était un chirurgien bordelais né en 1822, mort en 1899 qui s’intéressa particulièrement à la psychologie, notamment au cas de la patiente Félida qu’il suivit pendant des années. En l’espace de huit ans, il publia trois ouvrages sur cette patiente qui présentait des « personnalités alternantes », état proche de ce qui devait être dénommé plus tard le Trouble de la personnalité multiple. Avec Alfred Velpeau et Paul Broca, il a contribué à faire connaitre en France les travaux de James Braid sur l’hypnose.

Morton Prince s’interessa beaucoup à la suggestion, aux troubles dissociatifs et au trouble de la personnalité multiple dont il publia plusieurs cas, comme le célèbre cas de Sally Beauchamp dans The Dissociation of a Personality en 1906. Miss Beauchamp de son vrai nom Clara Ellen Fowler, était son cas le plus célèbre. Sous hypnose, il lui avait découvert plusieurs personnalités distinctes, sainte, diablesse puérile, etc. Il interprète la psychopathologie de son cas selon les théories de Pierre Janet.

1885   Freud

On ne présente plus Freud. Père fondateur de la psychanalyse, avec l’hypothèse de l’inconscient il révolutionne la représentation du psychisme. il va être amené à concevoir que bon nombre de maladies, mais aussi d’actes quotidiens, s’expliquent seulement si l’on admet l’hypothèse de l’inconscient.

 » le moi n’est pas maître dans sa propre maison  » Freud,

La découverte de l’inconscient est avant tout la découverte du transfert.

C’est en effet le transfert qui met Freud sur la voie d’une nouvelle approche, ce transfert l’ informant sur la nature du conflit psychique dans lequel le patient est pris.

Jung raconte : « Lors de notre premier entretien, Freud me demanda tout à trac ;

– et que pensez-vous du transfert ?

-Je lui répondis qu’à mon avis c’était l’alpha et l’oméga de la méthode.

– Alors, me dit-il, vous avez compris l’essentiel.

Le transfert est un concept majeur de Sigmund Freud, il en a fait l’un des piliers de la psychanalyse. Le transfert est le terme pour désigner le processus par lequel le patient fait inconsciemment du thérapeute l’objet de réactions affectives, dirigeant ainsi vers celui-ci des réactions qu’il aurait pu avoir vis-à-vis des personnes, qui ont joué un rôle important au cours de son enfance.
Le transfert est un lien affectif intense qui s’instaure de façon automatique de patient à analyste.

Carl Gustav Jung

Entre 1899 et 1900 Hélène Prieswirck médium âgée de 15 ans, est la cousine germaine de Carl Gustav Jung, ce dernier  va assister à de nombreuses séances de spiritisme de sa cousine .

Carl Gustav Jung, s’est intéressé de très près à la médiumnité , objet de sa thèse de doctorat de médecine soutenue en 1902 .

« Les bases psychologiques de la croyance spirite », transcription de ses conférences devant la Society for Psychical Research de Londres, au cours desquelles il expliqua les phénomènes paranormaux d’un point de vue psychologique, comme des complexes autonomes inconscients extériorisés.

Pour Carl Gustav les esprits sont des complexes inconscients qui utilisent le langage verbal pour s’exprimer, en se dissociant du complexe dénommé conscience, le seul à disposer d’un centre le moi ou l’égo.

Jung est le créateur de L’imagination active, du dialogue avec l’inconscient.

Roberto Assagioli (1888 – 1974) fut psychiatre et élève de Freud avant d’élargir les champs de ses recherches aux domaines alors inexplorés en psychologie, de la Créativité et de la transcendance.

Homme de connaissance attaché à l’esprit de liberté, il approfondit sa connaissance des différentes traditions de l’humanité et rencontra les grands penseurs de son époque : JUNG, MASLOW, Dane RUDHYAR.

Abraham Maslow (1er avril 1908 – 8 juin 1970) est un psychologue célèbre considéré comme le principal meneur de l’approche humaniste.

Abraham Harold Maslow reste une référence pour nombre de psychologues dans le monde entier.

Il est connu dans la psychologie du travail pour ses études sur la motivation, souvent résumées abusivement à une simple pyramide dont il faudrait monter les degrés les uns après les autres pour atteindre la pleine satisfaction.

Pour les psychothérapeutes, c’est l’initiateur de la psychologie humaniste, avec Carl Rogers en particulier. D’autres psychologues voient encore en lui la figure de proue de la psychologie transpersonnelle — cette branche de la psychologie qui dépasse ce qui concerne strictement la personnalité pour s’intéresser à la dimension spirituelle de l’homme, et aux états de conscience exceptionnels.

Milton Erickson., en ce qui concerne l’inconscient, il croit en son existence réelle. Pour Erickson, l’inconscient est la source des énergies nouvelles que le patient ignore, et auxquelles il devra apprendre à faire une place de plus en plus grande. Le souci principal du thérapeute doit être de découvrir ou, mieux encore, de faire découvrir les ressources ignorées du patient, qui vont lui permettre d’opérer en lui une modification.

Erickson voit l’inconscient. soit comme un sujet agissant, doté de caractéristiques différentes du moi conscient soit comme un stock d’apprentissages, véritable réservoir de ressources pour la personne. Cette conception de l’inconscient est liée à sa compréhension de l’hypnose, qu’il définit comme « l’évocation et l’utilisation des apprentissages inconscients ».

Cette liste n’est pas exhaustive.

John A. Bargh est un professeur de psychologie sociale à Université de Yale remarque:

« qu’on admet rarement à quel point les processus automatiques non cons-cients envahissent tous les aspects de la vie mentale et sociale. Dans ce cas on surestime le rôle de la conscience. »

Allan Hobson (1977):

« Notre cerveau est fondamentalement créatif. Cette créativité spontanée, qui s’exprime  durant les rêves, est rendue possible par l’absence des contraintes (physiques, logiques, morales…) qui pèsent sur le sujet éveillé. »:

Antonio Damasio:

«Tout ce que nous faisons, tout ce que nous avons l’intention de faire est intrinsèquement lié au monde des émotions. C’est pourquoi les émotions sont si importantes dans la prise de décision. Cela ne signifie pas que les décisions se prennent uniquement sur une base émotionnelle. Mais l’idée que l’on puisse prendre une décision indépendamment de toute émotion, dans un contexte de pure logique rationnelle, est une totale… fiction, un mythe !»

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucun trackback pour l'instant
plantes medicinales jardinSite Santé