Fotolia_82883114_S
La somniloquie, c’est-à-dire le fait de parler en dormant, est un phénomène relativement fréquent puisque 75% de personnes affirment avoir déjà parlé dans leur sommeil (1).
Nous avons une capacité innée (inconsciente) à parler préinscrite dans notre potentiel génétique. Le nouveau-né dort entre 16 et 17 heures par jour à 6 mois, l’enfant a besoin de 15 heures de sommeil.
Ce qui est vraiment intéressant c’est qu’en dépit de toutes les preuves scientifiques que l’apprentissage du langage est inconscient (2) . La médecine considère encore que parler en rêvant est un trouble du langage, une parasomnie.
Cela revient à dire que l’inconscient est « malade » d’apprendre à parler, est malade de s’exprimer par des rêves auditifs.
Tout ceci est basé sur une méconnaissance de la réalité du monde intérieur, en nous laissant croire que notre conscience serait à l’origine de nos processus mentaux.
Le rêve a toujours été la voie royale de l’inconscient pour la psychanalyse et la psychologie analytique .
Dans quelques décennies les interfaces cerveaux machines nous permettront de voir et d’entendre nos rêves. Il conviendra de revoir entièrement cette notion de somniloquie.
(1)   source
(2)   source