REDUITE@141abdbed447418a939da5fa81c4d7ab

Première similitude : ils vont dès le début se situer dans le courant psychologique de la psychiatrie qui admet la réalité et l’influence de l’inconscient. Ils vont aussi s’écarter du courant organiciste qui recherchait une cause physique dans le cerveau. Comme par exemple une lésion, une altération ou une tumeur.
Deuxième similitude: l’incompréhension de leurs travaux par la psychiatrie traditionnelle.
Dans le milieu des années 1950, Milton Erickson a été convoqué par le Conseil de l’Ordre des médecins afin de vérifier sa compétence et son éthique. Car ils trouvaient ses pratiques étranges et envisageaient de le radier.
Carl Gustav Jung a été fortement critiqué et incompris par sa découverte de l’inconscient collectif. Souvent même on l’a fait passer pour un charlatan, un illuminé ou un prophète.
Jung savait comme Erickson que toutes idées, émotions , actions , perceptions, étaient d’abord inconscientes avant de devenir conscientes.

Troisième similitude : ils ont eu le même conflit , le même désaccord avec leurs professeurs .
Désaccord entre Erickson et Clark Leonard Hull.
En 1923 et 1924, Erickson, alors étudiant de médecine, participe au séminaire sur l’hypnose organisé par Clark L. Hull, son professeur.
Hull cherche à appliquer au domaine de l’hypnose une méthodologie stricte. Il veut appliquer une forme d’hypnose directe basée sur la suggestion . En suggérant par exemple vous allez dormir, vous allez lever le bras ,vous allez vous sentir mieux.
Erickson met vite en doute la conviction de Hull selon laquelle l’hypnothérapeute à travers ce qu’il dit et fait au sujet, est beaucoup plus important que les expériences internes du sujet sous hypnose. Hull ne tient pas absolument pas compte de la réalité de l’inconscient.

Désaccord entre Carl Gustav Jung avec son professeur Ludwig Wille connu et respecté dans toute la ville de Bale en SUISSE.
Wille attribuait les troubles mentaux à des causes physiques notamment à une dégénérescence du cerveau et préconisait l’enfermement plutôt que la cure de parole ou psychanalyse.

Quatrième similitude : tous deux n’ont jamais enseigné leurs pratiques . Car ils considéraient que chaque étudiant, chaque thérapeute devaient faire sa propre expérience comme eux l’avait faite avant eux. Ils ont simplement montré des voies de recherche par leurs conférences et leurs livres.

Cinquième similitude : une enfance peu commune avec la même expérience très jeune de la réalité de l’inconscient et de l’influence déterminante qu’il a sur la conscience.
Enfant Jung avait des rêves bouleversants
Son père était pasteur luthérien.
Sa mère Émilie, était une femme passionnée de spiritisme.
Carl Gustav Jung avait du côté de sa mère une cousine âgée de 14 ans qui s’appelait Hélène Preiswerk et qui était médium.
Elle changeait complètement de personnalité lorsqu’elle rencontrait un esprit qui parlait au travers d ‘elle.
Après son inscription en 1895 à la faculté de médecine Jung organisa avec elle des séances de spiritisme en invitant ses camarades étudiants . Son professeur Wille désapprouvait ces séances.

Erickson à l âge de dix-sept ans va vivre un épisode tragique. Il est atteint de poliomyélite. Il raconte qu’un jour il a entendu trois médecins annoncer à sa mère, son décès au plus tard le lendemain matin. Le lendemain il est tombé dans le coma.
Il en est sorti trois jours plus tard, presque totalement paralysé , seulement capable de parler et de bouger les yeux..
L’évolution de cette paralysie, malgré l’absence de tout centre de rééducation, est fascinante. Un jour qu’il était dans son fauteuil à bascule éloigné de la fenêtre avec une grande envie de s’en approcher, son fauteuil s’est mis à se balancer légèrement.
Milton Erickson va avoir la conviction qu’ une force inconsciente autonome possède les ressources pour sa guérison. Il va alors s’entraîner pendant des mois, recherchant par exemple le souvenir des sensations dans ses doigts, lorsqu’il pouvait les bouger, jusqu’à faire apparaître des mouvements incoordonnés, puis de plus en plus volontaires.
Sixième similitudes : devenus psychiatres tous les deux ont la même certitude. Pour eux l’inconscient est à l’origine de tous nos processus mentaux. C’est un fabuleux réservoir de ressources à la base de toute notre créativité.
En cela ils sont à contre courant de la psychiatrie organique traditionnelle (psychiatrie qui pensait que le cerveau avait une altération, une lésion. Psychiatrie qui utilisa la chimiothérapie dès 1952.

Deux psychiatres dont les découvertes sont confirmées par la science.